Comment le 3DL est-il fabriqué?

© Guy Gurney 1) Le fichier DAO comprenant toutes les caractéristiques de la voile (élaboré par le designer) est analysé par un logiciel North qui créé un "fichier de moulage" pour chaque voile. Le 3DL se déforme si peu que le dessinateur peut définir avec une très grande précision la forme que prendra la voile en navigation.
___________________________________________________________________________________

© North Sails 2) Les données sont ensuite transmises à un programme numérique qui met le moule à la forme voulue en agissant sur une multitude de petits vérins.Le premier film Mylar – qui a été découpé numériquement au préalable – est ensuite déposé sur le moule puis mis sous tension. 3DL possède actuellement huit moules à Minden et trois au Sri Lanka.
___________________________________________________________________________________

© North Sails 3) Commence alors la dépose des fibres structurelles qui s’effectue automatiquement à l’aide d’une machine qui se "promène" au-dessus du moule. Le parcours du fil est ininterrompu et il suit un tracé défini selon les pressions que va subir la voile. La tension des fils est uniforme.
___________________________________________________________________________________

© North Sails 4) Une fois les fils constituant l’armature de la voile disposés, on "referme" la voile en posant le second film. La voile est ensuite maintenue sous vide puis laminée.
___________________________________________________________________________________

© North Sails 5) La machine de dépose est alors retirée au profit d’une lampe infrarouge ou d'un coussin d'air chaud qui font catalyser l'adhésif. ___________________________________________________________________________________

© North Sails 6)Après la cuisson la voile est laissée sur le moule 48 havant que le long travail de finition manuelle ne commence (pose des renforts, des oeillets, des sangles, des ralingues, des goussets, etc). La voile finie, produite d’une seule pièce, est jusqu’à 30% plus légère qu’une voile conventionnelle. Les gains de poids sont obtenus notamment grâce à la disposition plus homogène des fibres.